jeudi 15 septembre 2016

Hé, ça te dit un road trip ?

96 - Tome 1 : La sixième corde
Benjamin & Caroline KARO
Manuscrit (Amazon)
179 pages

Certains matins, la vie vous laisse sacrément seul. Seul devant vos choix, avec vos doutes, face à l'avenir et, parfois pire, confrontés à votre histoire. Qu’avais-je décidé cette nuit-là ? Difficile de le dire…, mais je savais que j’avais une semaine pour évacuer douze années de mon passé, une semaine à vivre sans modération, une semaine pour préparer mon futur avec Emma. L’heure était venue de faire une valise, pleine de mes trois meilleurs amis, de Doliprane et de la bande originale du plus capital des road trips de ma vie.


« - Qu'est-ce qu'il fout, Vikash ? bâilla-t-il en se réveillant.
- Il a été malade tout le vol, pendant que tu pionçais.
- J'ai pas dormi.
- Ah ouais ? C'est vrai que tu ronfles en réfléchissant, toi. ironisai-je. »


En premier lieu je tiens à remercier chaleureusement Caroline et Benjamin KARO pour m'avoir proposé de découvrir leur roman riche en saveurs. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'au départ j'étais très intriguée par le titre de la série : 96, qu'est-ce que ça peut bien représenter ? C'est alors que j'ai ouvert le livre, et là tout n'était pas gagné d'avance comme je le pensais...

Ce qui m'a vraiment posé problème au départ, ce n'est pas tant l'histoire et les personnages (on va en parler aussi, de ces lascars !) mais plutôt l'écriture. J'étais complètement perdue au début parce que la narration est la plupart du temps très belle, simple et vectrice d'émotions, mais les dialogues et plus rarement la narration sont souvent écrits dans un langage très familier, et il y a même du verlan ! Oui, ça m'a piqué les yeux et oui, j'ai cru un instant que cette lecture ne serait pas pour moi. Et puis j'ai persévéré parce que l'intrigue me plaisait, et grâce aux échanges avec les auteurs j'ai pu comprendre où ils voulaient réellement en venir...

L'intrigue, elle, m'a d'emblée plu : notre protagoniste principal est un jeune trentenaire prénommé Arnaud. Il vit à Londres avec Emma, la femme qu'il aime. Au plus profond d'une de leurs nuits ils décident de partir chacun de leur côté pendant une semaine pour faire table rase de leur passé respectif et ainsi éclairer leur avenir commun. Se met alors en place le fameux Road Trip que l'on va vivre à travers toute la France, en compagnie d'Arnaud et de ses 3 meilleurs amis, direction les ex de monsieur.

Et quels sacrés personnages ! Les 4 hommes (Arnaud, Vincent, Eni et Romain) ont leur caractère bien défini et leur fragilité qu'ils n'osent pas montrer lorsqu'ils sont tous ensemble. On constate alors de quoi l'effet de groupe est capable. J'ai aimé être témoin de certains échanges plus personnels que chacun peut avoir avec Arnaud, et c'est là que l'on découvre une nouvelle facette d'eux, plus personnelle et c'est ce qui a fait que je me suis attachée à chacun d'eux pour des raisons différentes. C'est valable aussi pour Arnaud bien que l'on ai accès plus facilement à ses pensées. Mais je peux vous dire que si je devais croiser ces gars-là dans la rue ou au restaurant, ils m'auraient gonflée assez vite et je serais partie sans me retourner ! Ensemble, ils se vannent sans arrêt, picolent sans modération, sont ingrats avec les femmes, bref : le monde semble leur appartenir ! MAIS, chacun cache un peu son jeu aux autres et c'est là que je les ai vraiment découverts et que j'ai pu les apprécier :)

J'ai souvent souris pendant ma lecture, tellement leurs discussions sont empruntes d'humour. Il faut dire qu'ils se mettent dans des situations très cocasses parfois. J'étais moins fan du cocktail alcool/sexe mais il n'y avait rien d'inutile. Chaque phrase a son importance et chaque situation sa répercussion plus tard. Et puis, même si cette bande de potes forment un quatuor inédit à part entière, je n'ai pas pu m'empêcher de les imaginer d'après les films Very Bad Trip ou même avec les personnages de The Big Bang Theory parfois. 

Qu'en est-il des personnages féminins qui ont marqué la vie d'Arnaud ? Elles aussi sont toutes très différentes, mais je n'en ai trouvé aucune véritablement attachante. Tant mieux, quand on sait qu'elles sont toutes vouées à ne plus jamais recroiser la route de notre protagoniste.

Le dénouement m'a beaucoup plu et la fin, comme je ne m'y attendais pas ! Si très tôt dans le roman on a la réponse par rapport à la signification du titre "96", on ne comprend qu'à la fin le pourquoi de "la sixième corde". L'intervention du dernier personnage m'intrigue encore plus, et j'ai très envie de savoir ce qu'il adviendra d'Arnaud et de sa joyeuse bande. 

En résumé, je dirais que j'ai bien aimé ce livre malgré une mise en route compliquée et entièrement personnelle. L'idée de base est très bonne et chacun des 4 personnages principaux a son charme. C'est un roman qui fait rire mais aussi réfléchir sur la nature humaine et sa diversité. Les réactions ne seront pas les mêmes d'une personne à une autre ! Tout comme chaque lecteur ne lira peut-être pas ce roman de la même façon que moi et en aura une interprétation ou un avis différent. Mais c'est ce qui fait aussi la grande force de ce premier roman. Ce qui est indiscutable en revanche, c'est que l'amitié décrite ici est incroyable. Qu'il y ai de l'orage ou non, ces hommes nous prouvent que l'amitié est bien l'une des valeurs motrices les plus importantes dans la vie. Il me tarde à présent de découvrir la suite ! ;)

vendredi 2 septembre 2016

Direction le Nigéria !


Américanah
Chimamanda Ngozi Adichie
685 pages
Folio (2016)

«En descendant de l'avion à Lagos, j'ai eu l'impression d'avoir cessé d'être noire.»

Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l'Amérique, qui compte bien la rejoindre. Mais comment restr soi lorsqu'on change de pays, et lorsque la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés ?

De ce ton irrévérencieux, Chimamanda Ngozi Adichie fait valser le politiquement correct et nous offre une grande histoire d'amour, parcourant trois continents d'un pas vif et puissant.

« C'est marrant d'entendre "les Noirs veulent Obama" et "les femmes veulent Hillary", mais qu'en est-il des femmes noires ? »


C'est très motivée que j'ai démarré ce livre pour le challenge Faites le tour du Monde organisé par l'adorable Cassandra (je vous laisse aller voir ces liens). Le but étant de lire chaque mois un livre issu d'une sélection d'auteurs appartenant à un continent, et ainsi compléter la carte des pays dont on a lu un livre sur Livraddict. Et vous l'aurez compris, le premier livre de la sélection nous a tout droit conduit en Afrique pour un grand dépaysement au Nigéria.

Personnellement je ne connaissais pas du tout ce roman et je dois bien avouer que si il n'avait pas remporté le plus de votes, je ne l'aurai sans doute jamais lu... Mais j'avoue volontiers que grâce à cette lecture j'en ai appris beaucoup sur le Nigeria et ses conditions de vie et sa politique, mais aussi sur le regard que les nigérians peuvent porter sur le reste du monde et notamment l'Amérique. En ce sens, c'est une lecture très intelligente et ça change des romans généralement français/anglais/américains que l'on nous sert en quantité monstre et dont on connaît par cœur le fonctionnement.

Concernant les personnages principaux, notamment Ifemelu, je l'ai trouvée très dynamique et motivée mais aussi pleine de doutes. Parfois un tantinet naïve et énervante, elle peut faire des erreurs mais arrive quand même à s'en sortir. On la voit évoluer sur deux continents et devenir vraiment adulte. Durant la lecture commune de ce livre, beaucoup l'ont trouvée trop négative ou juste casse-pieds. Moi je n'ai pas eu trop de mal à m'adapter à elle, il faut de tout pour faire un monde ;) Et puis son côté assez féministe m'a plu ! Obinze, lui, est du genre très posé et calme, réfléchi. C'est ce qui m'a tout de suite plu chez lui. Il analyse les choses avant de parler. Bien sûr d'autres personnages se greffent à l'histoire, certains plaisants et... d'autres pas !

Chimamanda a une écriture belle et visuelle, riche. Certains la qualifient de dense aussi. Malgré les  presque 700 pages du roman, je ne l'ai pas trouvé si long une fois démarré et surtout terminé (bon, il faut avouer que j'étais à l'hôpital au moment de ma lecture, disons que je n'avais pas grand-chose d'autre à faire non plus) ! Je note après réflexion que certains passages auraient pu être abrégés, mais pas beaucoup non plus. J'estime que chaque phrase, situation ou action est nécessaire si l'auteure en a décidé ainsi.

Le livre est divisé en 7 parties (la rencontre d'Ifem et Obinze et leur vie au Nigéria ; le départ pour l'Amérique d'Ifem ; le parcours d'Obinze ; ...) et pas forcément dans l'ordre chronologique ! Le résumé m'a un peu perdue là-dessus, en fait. Mais après on ne souhaite qu'une chose : comprendre comment ils en sont arrivés là. Et pour la fin, je dirais que, bien qu'attendue, elle ne réduit ce livre qu'à une grande romance et j'en suis un peu déçue car trop facile... J'ai trouvé ce livre tellement intelligent sur les réflexions qu'il nous pousse à avoir grâce aux situations vécues d'Ifem que j'ai trouvé la fin un peu dommage !

Mais je suis grandement ravie d'avoir pu en apprendre plus sur le Nigéria, et d'avoir découvert Chimamanda à travers ce roman car elle nous propose des questionnements à travers des situations plutôt cocasses ! On parle de la richesse, des origines, des classes sociales, des conditions de travail et bien sûr des inégalités ou préjugés Noirs/Blancs qui subsistent encore... le tout à travers la romance des deux jeunes nigérians. A lire, pour les curieux, les philosophes et ceux qui aiment le dépaysement !

Et vous, connaissez-vous ce roman ?
Vous l'avez lu ? Il vous tente ?
Dites-moi tout !

jeudi 1 septembre 2016

Fugue, ou comment découvrir sa voix dans le silence...

Fugue
Anne Delaflotte Mehdevi
Babel (2014)

Une petite fille s'enfuit de l'école le jour de la rentrée. Elle est bientôt retrouvée saine et sauve mais sa mère, Chlotilde, a hurlé son nom... à en perdre la voix.
Femme au foyer se consacrant à l'éducation de ses enfants, aimée par un mari souvent absent, Chlotilde semblait jusqu'ici jouir d'une vie enviable. Pourtant l'incident a bouleversé tout ce confort établi. Elle consulte et apprend que des injections lui rendraient la parole, mais la priveraient de la voix de chanteuse lyrique qu'elle s'est découverte au cours de sa thérapie. Ses proches la pressent d'accepter le traitement même s'il exige de sacrifier son don. Deux voies s'offrent alors à elle...
Un très beau roman sur l'émotion artistique et la liberté de tracer sa propre route.


« Ce qu'elle voulait c'était "faire" de la musique et comme l'amour, et comme l'écriture peut-être pour qui écrit, ce n'est pas quelque chose à propos de quoi on parle. On le fait justement parce que la parole ne suffit plus. »


Un grand merci à mon amie Laurie pour cette découverte extrêmement touchante. Parce que si tu ne m'avais pas choisi ce livre par hasard sur une table en librairie en te disant que "de toute façon, elle a déjà la moitié des livres qui existe", ce qui est totalement faux en plus, je n'aurai pas pu découvrir ce bijou littéraire. Certes, il a attendu sagement sur son étagère une année avant d'être ouvert, et il me l'a fait payé émotionnellement parlant !

Le gros bon point, c'est qu'on entre tout de suite dans le vif du sujet. Le résumé est assez fidèle à l'histoire, même si en le lisant mon esprit vagabond a encore une fois fait des siennes en imaginant d'autres contours à l'intrigue ! Je voyais déjà le schéma de la mère de famille qui s'ennuie un peu dans sa vie confortable, un mari souvent absent avec ce sentiment d'abandon à conjuguer ensemble et personne à qui parler alors que... pas du tout !

Chlotilde est une femme de volonté, elle est mère au foyer mais sait dans quoi se lancer si jamais l'envie de reprendre un travail devait s'insinuer en elle. Elle a une amie fidèle, un père présent et un mari qui l'aime malgré ses déplacements d'ordre professionnels. Et en prime des enfants adorables ! Mais tout ce beau monde va être chamboulé en une matinée par la fugue d'une des filles du couple, au matin de la rentrée (hé, on est dans l'actualité, ou pas ? :P).

La fillette est retrouvée saine et sauve mais, comme dit dans le résumé Chlotilde en a perdu la voix à force de hurler le nom de sa fille. Une forme d'isolement se dessine progressivement. Comment communiquer sans cet atout si précieux ? Une thérapie commence mais ne donne que de médiocres résultats. La solution ? Des injections de toxine botuliques pour resserrer les cordes vocales et laisser passer le son. Devant son refus quant à cette solution, Clothilde devient la victime des remarques sarcastiques de son père, sa meilleure amie change de comportement vis-à-vis d'elle et son mari commence à en faire autant malgré tout le soutien dont il fait preuve... Mais il y a une chose positive là-dedans : Clothilde, grâce à sa thérapie, a découvert qu'elle pouvait non pas parler mais chanter. Et, évidemment, elle est pleine de talent...

Et je dois dire que la psychologie développée par Anne pour son personnage féminin est excellente ! Des réflexions, des remises en question, mais surtout des choix se dessinent au fur et à mesure du roman. Tiraillée entre son désir de chanter et celui de retrouver sa vie d'avant, elle va devoir choisir en fonction d'elle-même ce qui l'attire le plus. Tout ça alors même que le texte est écrit à la troisième personne du singulier ! Il aurait été plus simple à mon sens de l'écrire à la première personne, mais ce choix isole encore un peu plus notre protagoniste et en ce sens je peux comprendre :)

Concernant l'écriture et la structure du livre, les phrases sont assez courtes et les paragraphes aussi. Au début, j'avoue avoir trouvé l'atmosphère assez pesante à cause de ça. Mais au fur et à mesure mon avis sur la question changeait. Même l'isolement de Chlotilde, bien que triste et parfois oppressant pour elle, me dérangeait moins bien que je compatissais.

Vous l'aurez compris, la musique et le chant ont également une place importante dans ce livre. D'ailleurs, le titre ne se limite pas qu'à l'action de la fillette au début du roman, il est aussi un clin d’œil à l'oeuvre inachevée de Bach intitulée L'Art de la Fugue qui prend ici tout son sens. C'est aussi une manière implicite de nous montrer le chemin que va choisir Chlotilde : en décidant elle-même sa propre route, elle se sent plus libre quitte à ne pas accepter la décision de ses proches.
J'ai bien aimé apprendre de nouveaux mots du jargon musical ou du chant. D'autres personnages arrivent aussi au fur et à mesure de l'histoire, ce qui fait du bien !

Pour ce qui est de la fin, je dirai qu'elle fait du bien. Elle est douce et pleine d'espoir pour la suite. En refermant le livre j'ai eu l'impression de dire au revoir à une amie. Et c'est à cela que je reconnais aussi les bons romans.

En bref, ce livre est presque un coup de cœur pour moi. Je ne sais ce qu'il me fallait de plus, mais je sens qu'il manque quand même un tout petit quelque chose ! Mais je vous le conseille vivement parce que c'est un beau roman sur la liberté de choisir sa propre route. Les chapitres sont courts mais vecteurs d'émotions. Les personnages et le village m'ont séduite, et j'aimerai beaucoup lire un autre livre de l'auteur qui m'était jusqu'alors inconnue.. :)

Et vous, connaissez-vous ce livre ?
Souhaiteriez-vous le lire ?
Dites-moi tout !

lundi 22 août 2016

Bilan de Juin 2016 !



"Je suis en retard, complètement en retard ! Je suis en retard, en retard, en retard !"
dirait le Lapin Blanc d'Alice...



Bilan personnel

Vu le retard que j'ai pris avant de rédiger ce billet et en relisant mes traces écrites pour le mois de juin, je note que 3 choses ont vraiment été importantes pour moi pendant ces 30 jours. La première, c'est le fait d'avoir enfin été opérée de la hanche gauche le 24 juin ! Je vais donc pouvoir retrouver d'ici quelques mois une vie normale, et ça fait du bien de toucher du bout des doigts la fin des grosses galères ! Mais d'ici là, il va bien falloir que je fasse la deuxième, parce qu'en attendant mon bassin et mes jambes ne sont plus à la même longueur ! Haha, la bonne blague du gentil chirurgien ;) heureusement que la deuxième est à faire (a été faite) le 08 juillet ! Côté cicatrice, elle est loin d'être grande, disgracieuse et boursouflée.. elle est juste super discrète et fine par rapport à ce que j'imaginais ! Donc j'ai zéro appréhension pour la seconde. Yes !

Le deuxième point que je retiens, c'est le moment où mon amoureux et moi avons craqué pour une petite boule de poils ! Elle arrivera (bon, ok, est arrivée) chez nous le 04 juillet. Patience avant de la découvrir, elle ser.......0sente dans le prochain bilan en photo, hihi :P. Et ceux qui me suivent sur Instagram ont déjà pu découvrir son regard ensorceleur...

Enfin, l'été et ses vacances signifie pour moi retrouver les amis plus ou moins perdus de vue qui sont partis étudier ailleurs ou vivre un peu partout en France et qui décident de revenir au bercail saluer la famille et les amis restés au pays. On reprend contact, on se donne des nouvelles et on projette de se voir. Bref, c'est que du positif et ça fait du bien !

Côté bouquins

Ma panne de lecture semble s'être envolée pour de bon et c'est tant mieux ! J'ai retrouvé le plaisir de lire jusqu'à pas d'heure, très tard dans la nuit et même juste avant de me faire opérer. Si c'est pas beau, ça ?


Retrouve mes chroniques par ici :
> Fugue d'Anne Delaflotte Mehdevi
> Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie
> La Ballade de Lila K de Blandine Le Callet
> Fruits Basket (Tome 4 & 5) de Natsuki Takaya

Bon, ok à côté ça veut dire aussi que j'ai eu envie de me faire plaisir et de commander des livres sur Gibert Joseph. Mais ça m'aura permis de vous parler de ce site et ses rabais dans une vidéo, que tu peux retrouver ici si tu veux !


J'espère que vous avez passé un joli mois de Juin.
Surtout prenez soin de vous !

mercredi 22 juin 2016

Ma Pile à Lire estivale de 2016


Vous le savez maintenant, lire au rythme des saisons est quelque chose de tout à fait naturel pour moi. Et puisque l’Été semble être synonyme de Contemporain et Jeunesse en général d'après mes nombreuses années de lecture précédentes, j'ai choisi de vous dresser la liste des 6 titres qui me font le plus envie cette année.

Pourquoi seulement 6 titres ? Parce que ça me permet d'en lire environ 2 par mois et ensuite de varier au gré de mes envies ! On ne sait pas ce que l'avenir nous réserve, il y aura peut-être une acquisition que j'aurai envie de lire tout de suite, un livre à acheter et à dévorer pour un challenge...

L'été pour moi représente la chaleur, les vacances et la plage. Forcément. Puisque c'est ce que veulent nous faire croire la télévision et les magazines. Il y a du vrai là-dedans, mais pas que : je n'aime pas la chaleur, et je m'arrange toujours pour ne sortir dehors que le matin très tôt ou le soir. Entendre le premier chant des oiseaux à l'aube, voir l'astre du jour gagner du terrain au fur et à mesure, pour finalement laisser disparaître son éternelle rivale qui, pourtant, repointera le bout du nez en quelques heures pour laisser place à diverses fêtes nocturnes ! Les amis autour d'un barbecue, la musique que je déteste habituellement et qui pourtant arrive à me faire danser, c'est ça pour moi l'été. Le bonheur éphémère et annuel d'une année qui s'achève, pour souffler un peu avant de repartir de plus belle vers la reprise. Ailleurs, le Soleil fait chanter les cigales pour le plus grand bonheur des vacanciers.


Bref, voici ma PAL prévue pour l'été 2016 :

- Américanah de Chimamanda Ngozie Adichie
- Le Bal des Poignards, Tome 2  de Juliette Benzonni
- Je m'appelle Budo de Matthiew Dicks
- Boys don't cry de Malorie Blackman
- Geisha d'Arthur Golden
- J'aurai préféré vivre de Thierry Cohen

Elle est assez diversifiée au niveau des genres et des thèmes abordés, ce qui me va très bien. Rester trop longtemps dans le même univers ne me plaît pas trop en règle générale.


Vous voulez savoir pourquoi j'ai choisi ces titres et de quoi ça parle ? Je vous laisse voir la vidéo explicative :



Et vous, vous avez une PAL saisonnière ?
Vous avez déjà lu un des titres que j'ai choisi ?
Dites-moi tout !

mardi 21 juin 2016

21 Juin... Jour de l'été !


Hello mes chers Loups Gris !
L’été est arrivé hier, et c'est à la dernière minute que j'ai craqué pour ce challenge ! Organisé par Saefiel, il va me permettre de coupler ma petite PAL estivale à tous les autres livres que je lirai. C'est un challenge convivial, qui nous demande simplement de lire un nombre de livres que l'on se choisit et que l'on peut modifier à l'envi. Bouquiner en sirotant un thé glacé dehors ou sur une belle plage, ça vous tente ? 

Le règlement de ce challenge :

– Le challenge commence officiellement le 21 Juin et se termine le 21 septembre (jour de l’automne)
– Chacun fait une liste des livres qu’il veut lire cet été sans limite de nombre.
– On peut s’ajouter des défis personnels comme lire un titre en VO ou finir les séries en cours.
– Vous pouvez modifier votre liste à loisir durant la période du challenge, l’agrandir, la rétrécir. Tout est permis !
– Si possible partagez votre avancement dans le groupe Facebook, sur Livraddict ou même ici par commentaires.
– Le fait d’avoir un blog et/ou de poster des chroniques n’est pas obligatoire. Quiconque est intéressé peut participer.

Les inscriptions :

– Elles se font à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 21 juin sur Livraddict. Mais vous pouvez simplement nous rejoindre sans vous inscrire !
N’oubliez pas de venir donner votre liste de livres prévus et éventuellement vos petits challenges personnels !

Les médailles :

10 livres lus : Trophée des orteils en éventail
20 livres lus : Trophée du surfeur livresque
30 livres lus et plus : Trophée de la tong en or
Personnellement je tente le Trophée des orteils en éventail, mais j'aimerai pourquoi pas décrocher celui du surfeur livresque !


Mes objectifs personnels :

  • Lire au moins 12 livres
  • Avancer une série, voire en terminer une
  • Lire au moins un classique

Ma liste de livres à lire :

  • La Ballade de Lila K, de Blandine Le Callet
  • Fleur de Tonnerre, de Jean Teulé
  • Américanah, de Chimamanda Ngozi Adichie
  • Je m'appelle Budo, de Matthiew Dicks 
  • Le Bal des Poignards Tome 2, de Juliette Benzonni
  • Geisha, d'Arthur Golden
  • J'aurai préféré vivre, de Thierry Cohen
  • Boys don't cry, de Mallorie Blackman
  • Au bonheur des Dames, d'Emile Zola
Mon avancement :

- La Ballade de Lila K, de Blandine Le Callet
- Fleur de Tonnerre de Jean Teulé
- Américanah de Chimamanda Ngozi Adichie
- Je m'appelle Budo de Matthiew Dicks
- Itinéraire d'enfance de Duong Thu Huong
- Au bonheur des Dames d'Emile Zola (22/473)
- Le jour où j'ai appris à vivre de Laurent Gounelle
- 96 de Benjamin Karo (26/179)

vendredi 17 juin 2016

Si vous voulez me contacter...

Hé les amis ! Je viens de me dire que vous souhaiteriez peut-être me retrouver sur d'autres plateformes et réseaux sociaux ? Voici les quelques endroits où vous pouvez me joindre :





Vous les trouverez dans la barre latérale droite du blog, tout en haut où que vous naviguiez de toute façon.

(Pour Twitter ou Snapchat, je verrais plus tard peut-être !)

Si vous avez des questions, des suggestions ou simplement que vous voulez discuter avec moi, vous pouvez me joindre à cette adresse mail :
lalouvequilit@gmail.com

Note aux Auteurs et Maisons d'Edition :

C'est toujours pour moi un plaisir de lire une des parutions que vous me soumettez. Toutefois sachez que je ne lis pas en format numérique ! Je suis du genre Old School, je sais, et je tiens à le préciser car je reçois beaucoup de demandes pour des fichiers en PDF. Mais je ne suis pas à l'aise pour lire sur écran. C'est un choix personnel.

J'espère donc vous retrouver très bientôt ailleurs ! 

mercredi 15 juin 2016

Faites ressortir l'animal qui vous habite...


Tuez-vous les uns les autres
Frédéric Lewino
Grasset (2007)

Après avoir autopsié les obsessions sexuelles de nos amies les bêtes dans son précédent ouvrage Passions animales, Frédéric Lewino discèque leur violence innée. Pour survivre dans leur monde de brutes, chaque espèce doit se battre avec acharnement et agressivité. Les animaux ont donc appris a tuer, voler, violer et mentir. Mais attention : la bête fait tout cela en ne manifestant ni haine, ni perversité...

C'est en tout bien et tout honneur que la lionne assassine, que la grenouille kokoï empoisonne ses prédateurs, que le fourmilier se fait tueur en série, que la larve de la guêpe parasite ronge sa proie vivante, que l'éléphant devient alcoolique, que la fourmi se fait exploser parmi ses ennemis, que l'araignée se déguise en fiente, que la mouette est parfois cannibale, que le lapin est coprophage, que la taupe viole sa petite amie, que l'ours blanc tue les enfants de sa nouvelle compagne, et que la plupart des animaux sont incestueux...


J'avais 10 ans à peine quand mon grand-père m'a offert ce livre, lui qui savait que la nature et les animaux me fascinent. Il représente exactement ce pour quoi j'étudie la Biologie et me conforte dans le choix du métier que je voudrai faire : éthologue (étude du comportement).

Car ce très bon livre documentaire est basé sur les systèmes d'attaque et de défenses d'espèces animales au travers de plusieurs grandes parties, séparées ensuite par des chapitres très clairs et instructifs. Et il y en a vraiment pour tous les goûts : des artistes du crime, des empoisonneurs, du mimétisme, des menteurs, des pervers... On ne s'ennuie pas du tout ! Et à chaque fin de chapitre, Frédéric Lewino nous explique comment Homo Sapiens (nous) exploitons telle ou telle capacité. Car nous ne sommes pas en reste, non, non ! Bien que nous ne soyons ni imposants, ni rapides, ni ci et ça, nous sommes intelligent au-delà des autres espèces.

Chaque espèce présentée est vraiment très intéressante. Et même si on en connaît sans doute beaucoup, le peu que l'on ne connaît pas demande parfois une petite recherche Internet afin d'en cerner physiquement le sujet. Le nom latin nous est toujours donné (et je me suis rendue compte que certains noms de Pokemon venaient de l’étymologie même de l'espèce) pour plus de précision, ce n'est pas avec ça qu'on va visualiser un individu, nous sommes d'accord ! J'avoue ne pas connaître tous les insectes cités quand même...

D'ailleurs, la plus grande diversité d'attaques et de défenses se rencontrent en majorité chez les insectes, ce qui fait qu'ils sont représentés en plus grand nombre que poissons, mollusques, reptiles ou mammifères dans le bouquin. Ce qui peut paraître un brin longuet parfois... Mais c'est toujours nécessaire et pertinent. Bien des anecdotes me sont restées en tête et notamment celle de "la bête à bon Dieu".

L'écriture de Frédéric Lewino rajoute en plus une touche de mordant : très simple et visuelle, elle est aussi précise qu'ironique ou encore dramatique selon les situations. Un petit peu de familiarités pour finir de gagner le lecteur, et c'est parti pour l'aventure !

Toutefois dans la construction du livre, je note la présence d'une introduction mais pas de conclusion. Pas vraiment de quoi chipoter, mais je m'attendais quand même à en trouver une.

Je conseille vraiment ce livre à ceux qui aiment les animaux, la nature et la biologie. On peut le lire à tout âge pourvu que la curiosité vous anime ! Mais il peut être destiné à tous bien sûr. A lire petit à petit, pour ne pas s'en lasser, retenir les choses et surtout ne pas le terminer trop vite ;)


Et vous, vous connaissez ce livre ? Il vous tente ?
Les animaux vous intéressent-ils ?
Dites-moi tout !

vendredi 10 juin 2016

Ma vie de jeune adulte se compose de...


Voici quelques articles qui me tiennent à cœur et dont j'ai envie de discuter avec vous. Des moments de mon quotidien, des choix que j'ai faits. J'ai choisi de les regrouper ici pour que vous puissiez les consulter librement.

ANIMAUX



LIVRES

Challenges

Piles à Lire

J'ai préféré adopter dans un refuge. Pourquoi ?

Attention, l'article que vous vous apprêtez à lire est aussi sérieux qu'il peut être cucul-la-praline pour certains.  Mais il va bien falloir que vous le sachiez un jour ou l'autre si ce n'est pas déjà le cas : Je suis du genre folle aux chaaaaats ! *coeur-coeur*


Si vous me suivez sur Instagram, vous avez déjà pu voir cette mignonne petite boule de poils que j'appelle Loki (non, ce ne sont pas mes poils de jambes, hein...). Il est arrivé chez nous le 22/08/15. (Okkk, la nana qui se rappelle encore de la date sans hésiter !)
Que je m'explique : En arrivant sur Brest (le 17/08/15)je ressentais le besoin d'avoir une compagnie, surtout que j'ai toujours vécu avec des animaux jusque là.  Etant sous chimio, je savais que je passerai beaucoup plus de temps à l'appartement qu'ailleurs. Mon amoureux étant souvent en cours ou en ville, je ressentais le besoin d'avoir une présence constante avec moi. C'est pourquoi 5 jours après notre installation nous voulions commencer à acheter petit à petit le matériel afin d'accueillir le futur chat en bonne et due forme.
Sauf que le samedi, c'est journée adoption et on n'y était pas du tout préparés ! Forcément, on a voulu faire le tour pour voir les animaux présents et leur souhaiter bonne chance pour trouver leur famille pour la vie... Et on a craqué sur cette petite bouille d'une mignonnerie incontestable ! Je ne pouvais plus m'en détacher et je ne voulais pas partir sans lui. Quand mon chéri m'a demandé "Tu veux te renseigner pour lui ?" j'ai compris que lui aussi le trouvais très chouette.  Mais bon, il ne l'aurait jamais admis, hein ! ;) et c'est comme ça qu'il est arrivé chez nous. Bon, restait plus qu'à lui trouver un nom.. parce que Simba, c'était trop classique pour nous. On a choisi Loki (non, pas à cause de Marvel) mais parce qu'on adore la mythologie nordique.

Et depuis il partage notre quotidien : odeur de croquettes (et surtout de litière !), ronrons, câlins et bêtises en tous genres ne me font pas regretter cette décision !

On en vient à la question primordiale :

Pourquoi avoir adopté en refuge plutôt que chez un particulier ?

Premièrement parce que je souhaitais devenir bénévole dans une association du genre. Il me semblait donc naturel d'adopter dans un refuge. Deuxièmement, l'association prend en charge les premiers vaccins, les dépistages (coryza, typhus, etc..), l'identification (devenue obligatoire depuis 2012) et la stérilisation/castration afin d'éviter la surpopulation. ça ne se voit pas toujours au premier abord, mais il y a tellement d'animaux errants que les refuges sont engorgés et il devient difficile de trouver de la place pour tout le monde. Un animal devant se retrouver à la fourrière à de grandes chances de se faire euthanasier...

Donc, malgré une idée reçue, sur le plan financier, c'est tout bénef' : vous êtes assuré d'avoir un animal pucé et en bonne santé. Si ce n'est pas le cas, la pathologie de l'animal est déterminée et vous ne tomberez pas des nues en l'apprenant. Vous ne payez pas la stérilisation qui est déjà faite ou à effectuer chez un vétérinaire partenaire en général. Il ne reste plus que les derniers vaccins à faire pour les plus jeunes ou des rappels pour les plus âgés. Bien sûr, l'adoption a un coût : 160en moyenne pour les soins apportés à l'animal et pour continuer à faire tourner le refuge.
Tandis qu'un particulier ne va pas toujours (c'est même très rare) pucer les chatons à ses frais, les primo-vacciner, et c'est à vous qu'il revient de payer plein pot la stérilisation si jamais vous souhaitez le faire (ce qui est tout de même fortement recommandé).

Et puis, faut-il préciser qu'un animal adopté, petit ou adulte, vous aimera autant qu'il est possible d'aimer ? Surtout si vous leur offrez une jolie vie après des moments pénibles et difficiles qu'ils n'auraient jamais du connaitre. Loki ? Il a été trouvé dans la rue avec ses 2 frères et sœurs, séparés trop tôt de leur Maman. Désormais nous sommes ses repères et il nous le rend bien. Il a besoin d'une présence bienveillante, d'amour et de câlins.

Dernier point que je souhaiterai aborder : la surpopulation féline est un fait, pas une opinion. Il existe des personnes aux principes douteux qui pensent accueillir chez eux une peluche et qui ne s'en occupent pas, ou s'en lassent, ou encore qui préfèrent adopter un animal plus jeune dès que le premier atteint sa taille adulte (parce que c'est bien connu : un animal adulte est bien moins mignon qu'un petit !) avant de les abandonner lâchement. Ces animaux, rarement stérilisés se retrouveront du jour au lendemain soumis aux dures lois de la rue. Il leur faut se battre pour se nourrir, se protéger des intempéries, et conquérir de nouveaux territoires souvent au terme de bagarres bien sales.. Dois-je aussi parler des risques de maladie ? Bref. Vous voyez que c'est déjà difficile. Alors imaginez un peu la vie de ces chats qui ne connaissent QUE cette vie parce qu'ils y sont nés.

C'est pour ça que j'ai de l'admiration pour ceux qui recueillent des animaux chez eux, qui s'en occupent et qui les proposent à l'adoption sous contrat de bien s'en occuper. L'animal est normalisé. Alors oui, ça peut sembler coûter cher, il y a obligation de castrer/stériliser, mais c'est pour le bien de tous.


Voici le témoignage d'une adoptante et famille d'accueil :  « Il y a 3 ans j'ai décidé d'adopter la minette que j'avais prise en Famille d'Accueil. A 23 ans j'ai adopter Minouche 16ans. Elle en a aujourd'hui 19 et va très bien. J'ai trouvé beaucoup d'avantages à adopter un chat adulte, ils sont calmes et pas difficiles. A part manger, dormir et avoir quelques moments de folies elle ne fait pas grand chose! Et je vous confirme qu'a 19 ans elle joue encore et est en pleine forme. Avoir un chat calme me permet de faire des soirées à la maison sans qu'elle est peur, que je partes en weekend sans avoir peur de retrouver ma maison sans dessus dessous et surtout c'est un plaisir de dormir avec elle. Je lui offre une retraite paisible et elle me le rend très bien. Lorsqu'elle me quittera je donnerais une chance à un vieux chat. Tout le monde veut un chaton mais un adulte s'adapte tout aussi bien à son nouvel environnement et en plus on connaît son caractère. Un bébé c'est mignon en 6 mois il a sa taille adulte. Enfin tout ça pour dire que je suis très heureuse d'avoir ma nounouche et que si c'était à refaire je le referais sans hésiter! »

En bref, j'ai choisi d'adopter via un refuge parce que ça libère de la place pour accueillir d'autres animaux dans le besoin, qu'on y trouve tous les profils, mais aussi parce que d'un point de vue financier c'est intéressant même si on ne dirait pas de prime abord. Je ne dis pas que je n'adopterai jamais chez un particulier, mais dans ce cas il faut savoir mettre la main à la poche pour garantir un confort de vie à l'animal et le faire pucer.


Si je devenais Famille d'Accueil je vous ferai un autre billet là-dessus :)

Et vous, quelle est votre opinion là-dessus ?
Vous avez des animaux ? Par quel biais vous les avez adoptés ?
Dites-moi tout !